En passant

Il était un soir, il était un matin

Commençons sur un bon pied, voire les deux!

Chers tous,

Hier, vous avez été nombreux à vous pencher au-dessus du berceau d’Hélène Procrastine, et je vous en remercie du fond du cœur! A ce rythme là, les Procrastinateurs domineront le monde, un jour, demain peut-être…

Pour l’heure, il me faut vous présenter ce blog un peu plus en détail et, à travers lui, me présenter. A dire vrai, le lancement d’Hélène Procrastine a pu en surprendre plus d’un(e). Quelques explications s’imposent donc.

Je m’appelle Hélène [Laissez moi un court instant l’illusion que vous ne l’aurez pas deviné… ;)], j’ai 24 ans et… disons qu’en ce moment j’ai du temps, notamment pour m’interroger sur ce qui importe vraiment dans ma vie. Je vous passe les longueurs du scénario mais, pour faire simple, durant cette période de chômage d’introspection je me rends compte que je dérive sans but, sans AUCUN but, rien, nada.

Non, scruter inlassablement les offres d’emploi publiées en ligne ne me satisfait pas. Non, rester accrochée à mon téléphone dans l’attente d’un appel, qui ne vient jamais, n’emplit pas mon existence de roses et de miel. Non,… [Je m’arrête là: je suis déjà par trop lyrique! Vous me remercierez plus tard, lorsque vous connaîtrez la bête.]

J’irai même plus loin en disant que cela fait bien plus longtemps, en réalité, que je ne me nourris que de vacuité: cela fait des mois que je ne lis plus, ni ne prends le temps d’écrire autre chose que des spécifications techniques ou des mails professionnels. Pire: je me soucie de ces tâches, pourtant si vides de sens!

J’ai donc décidé de ne plus « perdre 10 ans d’espérance de vie » à chaque fois qu’une échéance se présente, selon les mots d’un ami qui décrivait alors mon état d’angoisse chronique, et de vivre plus sainement, plus sereinement, plus simplement, pour retrouver du sens au cœur de mes journées.

De cette décision est né Hélène Procrastine où je me propose dès à présent de vous exposer un bonheur par jour, une découverte, une expérience, une rencontre, un instant. J’espère que cette initiative m’aidera à prendre d’avantage conscience de l’importance des petites choses du quotidien, et si cela peut égayer quelques secondes de vos journées, alors j’en serai satisfaite et considérerai que ma mission est accomplie.

Je m’arrête là pour aujourd’hui: cet article est déjà bien trop long. Je vous laisse repenser à votre bonheur du jour. Le mien a été de me déchausser dans l’herbe cette après-midi et de regarder les pissenlits jouer dans les tâches de soleil.

A demain,

Hélène.

Publicités

4 réflexions sur “Il était un soir, il était un matin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s