En passant

L’objet du délire

Tandis que ce weekend tous les chemins mènent à Lille, ou presque, je vous propose un article qui n’a rien à voir avec les précédents, mais qui touche un sujet que j’apprécie par dessus tout: la décoration.

J’aime être à la maison et j’aime y être bien. Aménager son intérieur (quel qu’en soit le nombre de mètres carrés ou la hauteur sous plafond) à son goût, c’est en quelque sorte la garantie d’y être heureux. Du moins, c’est mon sentiment.

Par ailleurs, je n’ai jamais vraiment aimé les « décorations clés en main »: ce qui me plaît dans ce domaine c’est au contraire de piocher des éléments de décoration par ci par là, détourner l’utilisation d’un objet, ou encore imaginer à quel point ce petit meuble minable qui attend sur le trottoir ferait un magnifique bout de canapé…

Oui, j’adore feuilleter les magazines spécialisés. Je suis d’ailleurs une fidèle lectrice du catalogue Ikéa (qui m’a un peu déçue cette année… Quel est votre sentiment à ce sujet?): dès qu’il arrive dans la boîte aux lettres, impossible de m’en arracher. Certes on y trouve une source inépuisable (ou presque) d’inspiration, mais j’ai à chaque fois le même sentiment: ce sont des intérieurs sans âme, dans lesquels on ne vit pas « pour de vrai ».

Pour éviter de vivre dans une maison témoin, j’ai été habituée très jeune à regarder les objets et à leur imaginer une nouvelle existence. Nous comptons ainsi à la maison une collection d’objets hétéroclites, fort utiles et fort jolis à la fois.

Les vacances ont été pour moi l’occasion d’agrandir un peu plus cette collection en achetant ce petit seau en bois brut, destiné à l’origine à l’aménagement de la salle de bain. J’aime le bois (merci Papa) et j’aime le style nordique (merci Maman) ; cela n’a donc surpris personne que je me jette dessus en passant devant.

Mais aujourd’hui, j’avoue être dans l’impasse. J’avais pensé le transformer en cache pot, mais le bois n’est pas traité pour supporter l’humidité et je n’ai pas tellement envie ni de le voir se griser, ni de le vernir: je trouve que le matériau du seau a une belle teinte chaude et naturelle qui s’accorde parfaitement avec le blanc. Je l’ai donc destiné à contenir tous les câbles et chargeurs des divers appareils que j’utilise, mais cette option ne me semble pas encore tout à fait satisfaisante (de même que l’option couvre-chef, qui risque de mettre un frein brutal et définitif à ma vie sociale…).

Il me reste donc encore à creuser la question, et si vous souhaitez la creuser avec moi, n’hésitez surtout pas!

A demain,

Hélène.

Publicités

Une réflexion sur “L’objet du délire

  1. Armouche dit :

    L’option range-chargeur me paraît parfaite! D’abord parce qu’au moins tu sauras toujours où ils sont, à défaut de pouvoir les démêler (mais garder les chargeurs bien enroulés demande un esprit un peu psychorigide, à mon sens… ) ; ensuite parce que les mettre dans un très bel objet est à peu près le seul moyen de faire oublier à quel point c’est moche, un chargeur! Comme le disait une des premières pubs Free : « moi pour la déco je suis très câbles de connexion! »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s